4

4

jeudi 21 septembre 2017

746-ESSAI DE DATATION DES PHOTOGRAPHIES ANCIENNES DU PORT DE NICE-3




- Plan pittoresque de la Ville de Nice dressé le 1er janvier 1878, détail,
Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.

Ce plan détaille notamment le quartier du Lazaret en nommant les propriétaires ou les noms des bâtiments, avec notamment en bord de mer, du nord au sud, la Villa Vigier, le Petit Séminaire, la Villa Myèvre, la Villa du Docteur Lefebvre et le Château Smith.


VOIR LA PREMIÈRE PARTIE DE CET ARTICLE



AU SUD-EST : LE LAZARET 

Photographies prises depuis la terrasse de l'Hôtel des Anglais, la plage des Ponchettes, la Colline du Château, l'ancienne route de Villefranche et le col de Villefranche (Moyenne corniche), le Mont-Alban, le Mont-Boron, la nouvelle route de Villefranche (Basse corniche, actuel boulevard Carnot), le Château de l'Anglais (Château Smith), le quai Lunel, la plage du Lazaret ou le boulevard de l'Impératrice de Russie (actuel Boulevard Franck Pilatte).

Vers 1850, la rue du Lazaret puis le chemin du même nom longent le bord de mer, depuis le port jusqu'au Cap de Nice et desservent l'ancien Lazaret en ruines (construit dans troisième quart du XVIII° siècle), la cabane du restaurant de La Réserve, le Petit Séminaire et quelques villas ; ces dernières vont se multiplier sur le flanc sud du Mont Boron avec la construction du boulevard de l'Impératrice de Russie, au tournant des années 1850-1860.


- Photographe anonyme (FERRET Pierre [1815-1875] ?), Vue de Nice prise du Lazaret, 1862,
vue (sud-est/nord-ouest) extraite de l'Album de photographies d'André Donis, p. 2, portant en couverture, "A. D. Nice 1862",
54 p. de 194 photographies sur papier albuminé, 41x30 cm, Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.

De gauche à droite et du fond vers le premier plan : le môle du phare, les rochers avec les ruines du Lazaret, la guérite de la Réserve au bord du boulevard de l'Impératrice de Russie, le haut bâtiment de la Maison du Séminaire et la Villa Myèvre.



1-le Château Smith ou Château de l'Anglais, est édifié entre 1858 et 1862 et sa silhouette se détache du Mont-Boron dès 1859,

2-la villa Vigier est érigée sur le mont Boron vers 1862-1863 et la Villa du Docteur Lefebvre (plus au sud-est) vers 1864,

3-le parc à huîtres et le restaurant de la Réserve existent déjà vers 1850, avec une simple cabane (détruite en 1853 et reconstruite sur le rivage seulement en 1862) ; un chalet ou kiosque orientalisant, érigé sur le rocher d'Aubray voisin, s'ajoute à la cabane dès 1867 (repris vers 1900) ; la cabane disparaît lors de la construction, un peu plus à l'est, d'un grand bâtiment à rotonde en 1877 (présent sur le plan dressé le 1er janvier 1878 - voir ci-dessus) ; un bateau (goélette) complète l'ensemble, sur un autre rocher ouest, dès 1883 (ce bateau, en bois brut en 1883, est peint dès 1884 d'une couleur sombre [noir ?] avec une rayure claire supérieure [blanche ?] avant d'être repeint en blanc vers 1902),


4-le Petit Séminaire est érigé en 1842-1843: il est constitué d'un grand bâtiment, la Maison du Séminaire, accosté d'un plus petit à l'ouest (actuels bâtiments de l'Hôtel Saint-Paul) ; de nouveaux bâtiments lui sont ajoutés pour l'accueil des élèves à l'ouest, vers 1880-1881, puis à l'est vers 1890 (actuelle Bibliothèque diocèsaine) ; la première pierre de la chapelle est posée pour sa part le 19 mars 1880 : si sa silhouette est complète dès 1882, les travaux se poursuivent à l'intérieur, sa consécration n'ayant lieu que le 3 mai 1891,

5-une arcature monumentale est construite pour contrebuter le flanc du mont Boron (sud-est), le long de la nouvelle route de Villefranche, vers 1885,

6-en arrière-plan (côté sud-ouest), le môle de la jetée est prolongé (enrochement et quai) dès 1869-1872 puis doté d'un mur-abri dès 1875-1879 et d'un nouveau phare dès 1880 (les deux phares coexistant jusqu'en 1882) ; le môle est à nouveau fortement prolongé en 1908 (travaux entre 1904 et 1908), avec un angle marqué vers le sud,

7-en arrière-plan (côté sud-ouest), la présence (ou non) des trois bâtiments des Docks, érigés sur le quai des Deux Emmanuel en 1884,

8-en arrière-plan (côté nord-ouest), les toitures de l'église Notre-Dame-du-Port avec son clocher bas jusqu'en 1880, date à laquelle il est remplacé par une haute tour à pans coiffée d'une lanterne,

9-à l'horizon (côté sud-ouest), la silhouette du premier Casino de la Jetée Promenade (construit d'octobre 1880 à avril 1883 mais entièrement détruit par un incendie le 4 avril 1883) puis du second Casino de la Jetée Promenade (érigé au même emplacement entre 1889 et 1890 et inauguré le 10 janvier 1891).


- L'Avenir de Nice du 21 mars 1853, p 3,
Archives Départementales des Alpes-Maritimes, journal numérisé en ligne.

- Photographe anonyme, Vue de Nice prise du Lazaret, détail, 1862,
vue (sud-est/nord-ouest) extraite de l'Album de photographies d'André Donis, p. 2, portant en couverture, "A. D. Nice 1862",
54 p. de 194 photographies sur papier albuminé, 41x30 cm, Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.

Le boulevard de l'Impératrice de Russie avec les ruines du Lazaret, et sur le bord de la route, dans le virage, une simple guérite de vente d'huîtres de la Réserve ; cette dernière va céder la place, à la fin de l'année 1862, à une cabane servant de restaurant, en surplomb sur les rochers.


- Photographe anonyme, Rochers et Château Schmitz (sic), 1862,
vue (ouest/est) extraite de l'Album de photographies d'André Donis, p. 31, portant en couverture, "A. D. Nice 1862",
54 p. de 194 photographies sur papier albuminé, 41x30 cm, Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.

La nouvelle cabane du restaurant de la Réserve, en surplomb sur le rocher, et en arrière-plan le Château Smith ou Château de l'Anglais.


- Le Messager de Nice du 15 décembre 1862, p. 1,
Archives Départementales des Alpes-Maritimes, journal numérisé en ligne.


- Photographe anonyme (ALEO Miguel ? [1824-après 1885]), Vue de Nice prise du Lazaret, vers 1864,
vue tirage albuminé, Collection privée.

Sur la droite de la photographie, on remarque la Villa Vigier récemment construite (1862-1863)
 et au tout premier plan, la Villa du Docteur Lefebvre en cours de construction (vers 1864).


- Photographe anonyme, Vue de Nice prise du Lazaret, détail de la photo ci-dessus, vers 1863-1864,
vue sud-est/nord-ouest, tirage albuminé, Collection privée.

La silhouette de la cabane de la Réserve se confond avec celles des ruines du Lazaret. 


- Photographe anonyme, Nice, entrée du Port et Château Smith, vers 1865-1866,
vue ouest/est, tirage albuminé, 8,7x6,2 sur carton 10,1x6,7 cm, Collection personnelle.

En arrière-plan (est), on aperçoit la cabane de la Réserve en surplomb sur les rochers.


 - PACELLI Alberto (1821-après 1884), La Réserve et le Château Smith, vers 1862-1865,
vue ouest/est, tirage albuminé, format carte de visite, Collection privée.


- Photographe anonyme, La Réserve et le Château Smith, vers 1865-1866,
vue ouest/est, tirage albuminé de 8,7x6,2 cm sur carton de 10,1x6,7 cm, format carte de visite, Collection privée.

La cabane a été rénovée et elle comporte désormais une enseigne ;
au bas du rocher se remarque un mur d'angle maçonné.


- ALEO Miguel (1824-après 1885) et DAVANNE Alphonse (1824-1912), Nice, La Réserve, vers 1867-1868,
vue ouest/est, tirage albuminé, format Carte de visite, Collection privée.

Le rocher voisin de la cabane a reçu une terrasse maçonnée sur laquelle a été construit le chalet ou kiosque orientalisant.
On peut lire dans le Journal de Nice du 8 octobre 1867, l'annonce de la réouverture du restaurant de la Réserve, boulevard de l'Impératrice, tenu par A. Balestre : "un chalet nouvellement construit sur un rocher en pleine mer lui est adjoint".


- WATRIPON Léo (?-?), Nice-guide : nouveau cicerone des étrangers contenant des documents inédits et des renseignements complets sur Nice et ses environs, suivi des légendes des villas et de deux cartes topographiques, Imprimerie de Faraud et Conso (Nice), 1869 (dépôt légal de 1868), p. 107,
Paris, BnF, ouvrage en ligne sur Gallica. 

On peut lire également dans le Nice-Guide du Docteur Lubanski (?-?), édité en 1870 à Nice chez Barbery Frères et à Paris chez Xavier et Boyveau, pp. 25-26 : "En bas de Mont-Boron, tout au bord de la mer (...) dans un creux tout rempli d'orangers et d'oliviers, on voit, baignant ses pieds dans la mer, une espèce de pavillon chinois, tout de bleu habillé, c'est le restaurant de la Réserve" (ouvrage en ligne sur Google Books).


- Photographe anonyme, Nice, vue générale depuis le Mont Boron, vers 1875-1876,
vue est/ouest, tirage albuminé, Collection privée.

Le kiosque de la Réserve est visible (1867) et la datation de la photographie est permise d'une part par les cabanes qui l'accostent à l'ouest sur un terrain acquis en 1875, et d'autre part par l'avancement des travaux du môle du phare en arrière-plan : l'allongement du môle a été réalisé (1869-1872) mais le mur-abri n'est pas encore érigé (1875-1879). Sur la droite de la photographie, entre les troncs des arbres, se remarque la Villa Vigier (1862-1863). 


- DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, vue générale, Entrée du Port, vers 1878-1879,
vue est/ouest, Paris, BnF, voir l'ouvrage sur Gallica.

Le kiosque de la Réserve (1867) est désormais masqué par le grand bâtiment du restaurant (érigé sur le terrain acquis en 1875), à deux rotondes et quatre tourelles d'angles (1877), accosté d'un bâtiment oriental bas. La datation de la photographie peut être précisée par l'avancement des travaux du môle du phare en arrière-plan : le mur-abri est désormais érigé (1875-1879) mais pas encore le phare (1879-1880). Sur la droite de la photocopie, au premier plan, se remarque la Villa du Docteur Lefebvre (vers 1864), avec sa tourelle d'angle.


- Photographe anonyme, Nice -- Vue prise de la route de Villefranche, détail, vers 1879,
vue est/ouest, tirage albuminé de 15,5x9,5 cm sur carton de 16,3x11,8 cm, Collection personnelle.

On remarque à l'est de la Maison du Séminaire les travaux en cours pour niveler le terrain rocheux afin d'y ériger la future chapelle.


- DEGAND Eugène (1829-1911), Vue de Nice, de l'autre côté du rocher, détail, vers 1880-1881,
vue est/ouest, tirage albuminé, 21x27 cm, Collection personnelle.

Non seulement les murs de la chapelle émergent à l'est de la Maison du Séminaire mais un grand bâtiment, en construction également, ferme la propriété à l'ouest. La photographie date au plus tôt de 1880 car les deux phares coexistent sur le môle extérieur (non visibles sur le détail) et le nouveau clocher de l'église Notre-Dame-du-Port (tour à pans surmontée d'une lanterne) est visible au-delà de la Villa Vigier.



- GILETTA Jean (1856-1933), Nice, Vue prise entre les oliviers, 321, vers 1881-1882,
vue est/ouest, tirage albuminé, 21x27 cm, Collection personnelle. 

Le construction de la chapelle du Petit Séminaire est toujours en cours mais la charpente de la nef est désormais posée et visible, alors que la construction du bâtiment occidental semble déjà terminée.


- Photographe anonyme, Nice ,Vue prise de la route de Villefranche, détail, vers 1882,
vue est/ouest, tirage albuminé de 15,5x9,5 cm sur carton de 16,3x11,8 cm, Collection personnelle.

Les travaux extérieurs de la chapelle du Petit Séminaire se terminent avec le couvrement de charpente de la petite avancée orientale.


- DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, Le Port, début 1883,
vue est/ouest, tirage panoramique albuminé de 22,5x8,5 cm, appartenant à l'album, Souvenir de la Corniche,
Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.

Le grand bâtiment de la Réserve est présent (1877) avec deux grandes enseignes installées entre ses tourelles d'angle (dès 1880-1883). Deux éléments de l'arrière-plan (sud-ouest)  permettent de dater cette photographie : la présence de la silhouette du premier Casino de la Jetée-Promenade (1880-1883) et la disparition de la tour de l'ancien phare du môle extérieur.


- Photographe anonyme, Nice, La Réserve, vers 1883-1884,
vue ouest/est, tirage albuminé, Collection privée.

En plus du kiosque (1867) et du grand bâtiment (1877), un bateau a été installé sur un autre rocher proche (1883). Cette photo peut dater de 1883 ou 1884 car elle ne montre pas encore l'arcature (1885) qui va contrebuter le flanc de la colline au-dessus de la nouvelle route de Villefranche.


- Photographe anonyme, Port de Nice, milieu ou fin des années 1890,
vue est/ouest, tirage albuminé, Collection privée.

L'ensemble des bâtiments du Petit Séminaire est désormais achevé. Un grand bâtiment (des élèves) s'est ajouté à l'est vers 1890 (Bibliothèque diocésaine actuelle). La chapelle a été consacrée en 1891.
On remarque en arrière-plan (sud-ouest) la présence du deuxième Casino de la Jetée-Promenade (1889-1890). Le môle extérieur ne montre plus qu'un seul phare (et la base carrée du phare ancien). Au tout premier plan, à droite de l'image, la tourelle d'angle de la Villa du Docteur Lefebvre a été démolie.


- FRÈRES NEURDEIN, Etienne (1832-1918) et Louis-Antonin (1846-1914), Nice, La Réserve, détail, vers 1885-1900,
vue ouest/est, tirage albuminé, Collection privée.

Le bateau a été peint, peut-être en noir avec une rayure blanche (vers 1884). 
L'arcature qui contrebute le flanc de la colline (1885) est visible à l'angle occidental du grand bâtiment. 


- FRÈRES NEURDEIN, Etienne (1832-1918) et Louis-Antonin (1846-1914), Nice, La Réserve, détail, vers 1884-1900,
vue nord-ouest/sud-est, tirage albuminé, Collection privée.


- Carte postale ayant circulé en 1902, Nice, Restaurant de la Réserve,
Collection privée.

Vers 1900, l'aspect extérieur du kiosque est transformé par de nouvelles balustrades en dentelle de bois, son apparence transparente et sa figure sculptée couronnant le lanternon.


- Carte postale ayant circulé en 1904, Nice, Restaurant de la Réserve,
Collection privée.


- Carte postale ayant circulé en 1907, 101 - Nice, Restaurant de la Réserve,
Collection privée.

Vers 1902, le bateau est repeint en blanc.














dimanche 17 septembre 2017

745-TFAC/TSPÉ : LES TYPES DE PRODUCTIONS PLASTIQUES EN TERMINALE




- MATSUYAMA Shigeki (né en 1973), Narcissism : Dazzle Room, détail, 2016.
LES TYPES DE PRODUCTIONS PLASTIQUES EN TERMINALE 
(Lycée Apollinaire de Nice)


A l’épreuve orale du Baccalauréat, aucun dessin/peinture supérieur au Format Raisin (50x65 cm) en Terminale facultative ou demi Grand aigle (52x75 cm) en Terminale de spécialité et aucun travail en volume ne peut être physiquement présenté au jury ; ces productions sont uniquement montrées sous forme d’images numériques fixes ou animées, muettes ou sonores, sur l’écran de votre ordinateur ou de votre tablette.

Tout au cours de l’année scolaire, en réponse à un sujet de pratique artistique donné par le professeur, les productions des élèves peuvent être (en fonction des consignes des sujets) :


EN 2 D (deux dimensions) : productions à rendre physiquement au professeur dans le cas d‘un format Raisin ou demi Grand aigle ; dans le cas d’un format supérieur ou épais, envoyer les photos (de bonne qualité, retouchées ou non) d’ensemble et de détails (jointes à la Fiche de travail):

- Un dessin et/ou une peinture et/ou un collage peu épais sur format Raisin (papier 50x65 cm), sur un format équivalent ou plus grand (papier, carton, tissu, bois, verre, plastique, polystyrène…) ;

- Une planche-projet : ensemble de dessins (croquis, schémas, plans) et/ou peintures et/ou collages (photos, matières), accompagnés de courts textes explicatifs (titres, légendes, notices) sur format Raisin présentant votre idée (volume, installation, installation multimédia, performance), non réalisée avec les matières et dimensions souhaitées du fait du manque de moyens techniques ou financiers ;


EN 3 D (trois dimensions) : rendre au professeur, sous forme numérique, une série de 4 photos (de bonne qualité, retouchées ou non) ou une vidéo de moins de 3 minutes (avec montage) montrant la production réalisée avec des techniques, matériaux et dimensions libres (à joindre à la Fiche de travail) ; dans le cas de fichiers lourds, adresser les productions numériques au professeur par le biais d’un site comme grosfichiers.com ou wetransfer.com :

- Un tableau-relief (peinture et reliefs), 

- Un relief (formes se détachant d’un fond creusé), 

- Une ronde-bosse (figure traditionnelle modelée ou taillée sous tous ses angles et dont on peut faire le tour), 

- Un assemblage (combinaison compacte de matières), 

- Une installation ou une installation-multimédia : combinaison d’éléments divers [choses, objets, matières, images, textes, sons, odeurs] réunis ou dispersés, prenant en compte l’espace périphérique [sol, mur, plafond, extérieurs] mais ne constituant qu’une seule production,

- Une maquette de petites dimensions présentant votre idée non réalisée avec les matériaux et les dimensions souhaités du fait du manque de moyens techniques ou financiers,

- Une performance, action du corps humain mis en scène (le vôtre et/ou celui d’assistants ou du public), proche de la danse et/ou du théâtre (vidéo de moins de 3 minutes à rendre au professeur),

- Une production interactive, production donnant un rôle au spectateur (parcours, expérience sensitive ou action) à partir d’un assemblage, d’une installation ou d’un protocole (instructions écrites ou sonores).


SOUS FORME NUMÉRIQUE : rendre au professeur une ou plusieurs images fixes ou animées, couleur ou noir et blanc,  retouchées ou non (avec la Fiche de travail) :

- Un travail infographique (avec ordinateur, logiciels informatiques, palette graphique), à base d’images fixes ou animées (captures d’écran, vidéo),

- Un travail photographique, photographie, série photographique, diaporama, Gif (fichiers numériques),

- Un travail vidéographique (film expérimental, court-métrage, trace de performance, trailer, time-lapse, stop motion…) de 1 à 3 minutes, pouvant intégrer des images fixes ou animées, des voix, sons ou musiques personnels et/ou capturés.



- MATSUYAMA Shigeki (né en 1973), Narcissism : Dazzle Room, détail, 2016.




















vendredi 15 septembre 2017

744-ESSAI DE DATATION DES PHOTOGRAPHIES ANCIENNES DU PORT DE NICE-2









- MONTALIVO Ch. (dessinateur) et DYONNET Charles (graveur), Plan de la ville de Nice, détail, 1856,
carte de 56x43 cm, B. Visconti, éditeur à Nice, Paris, BnF (voir le plan sur Gallica).




- LANCELOT D., The Port of Nice, 1860,
gravure sur bois, 15x23,5 cm, publiée dans, The Illustrated London News, du 14 avril 1860, p. 352.
L'extrémité sud du quai Lunel est bien visible avec, de gauche à droite, les magasins de l'Artillerie, et des Ponts et Chaussées puis la Maison de Correction (ancien bagne). Le môle intérieur du carénage est partiellement visible avec ses niches servant de cuisines aux marins. Au Cap de Nice, la silhouette du Château Smith (1858-1862) se détache sur le Mont Boron mais les tours de ses deux extrémités latérales ne sont pas encore construites.



LE CÔTÉ OUEST DU PORT : LE QUAI LUNEL

Le côté ouest correspond au quai Lunel (devenu le quai Papacino dans sa prolongation nord) : photographies prises depuis la Colline du Château, la route de Gênes (Grande corniche), l'ancienne route de Villefranche et le col de Villefranche (Moyenne corniche), le Mont-Alban, le Mont-Boron, la nouvelle route de Villefranche (Basse corniche, actuel boulevard Carnot), les quais du port, le môle intérieur du carénage (disparu) et le môle extérieur (jetée du phare).


1-l'immeuble Abhudaram (immeuble à portique et cour intérieure, construit au bord du bassin à la fin du XVIII° siècle, est détruit à la fin de l'année 1897,

2-en arrière-plan, la Colline du Château, avec notamment le Cimetière (extrémité nord, dès 1783) avec la présence visible dès 1883 de la Pyramide de Gambetta,

3-à l'horizon (côté sud-ouest), la silhouette du premier Casino de la Jetée Promenade (construit d'octobre 1880 à avril 1883 mais entièrement détruit par un incendie le 4 avril 1883) puis du second Casino de la Jetée Promenade (érigé au même emplacement entre 1889 et 1890 et inauguré le 10 janvier 1891).



LE CÔTÉ EST DU PORT : LE QUAI DES DEUX EMMANUEL

Photographies prises depuis la Colline du Château, la route de Gênes (Grande corniche), l'ancienne route de Villefranche et le col de Villefranche (Moyenne corniche), le Mont-Alban, le Mont-Boron, la nouvelle route de Villefranche (Basse corniche, actuel boulevard Carnot), les quais du port, le môle intérieur du carénage (disparu) et le môle extérieur (jetée du phare).

1-en arrière-plan (centre-est) la villa du XVIII° siècle (bâtiment carré) achetée par Laurenti-Roubaudi en 1865 et agrandie dès 1865-1866 par deux tours latérales flanquant une grande terrasse (Castel des Deux rois),

2-les Docks (côté sud) construits en 1884.


- Photographe anonyme, Vue de Nice prise du Lazaret, détail, 1862,
vue extraite de l'Album de photographies d'André Donis, portant en couverture, "A. D. Nice 1862",
54 p. de 194 photographies sur papier albuminé, 41x30 cm, Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.
Les photographies de cet album datent réellement de 1862 comme le prouve notamment l'absence de la Villa Vigier sur le Mont Boron (1863). Cette photographie peut même être datée de début 1862 du fait d'autres repères (voir le détail dans l'article à suivre sur le Lazaret). Au pied de la colline du Château, le port est bien visible avec au nord l'église Notre-Dame-du-Port (façade nue et clocher bas), flanquée du seul immeuble à portiques Astraudo. Le quai Lunel est très construit avec notamment l'avancée de l'immeuble Abhudaram au bord du (petit) bassin intérieur. A l'est, le quai des Deux Emmanuel est bordé de bâtiments moins élevés. Au l'entrée du port, se remarquent le long môle du carénage doté d'une fontaine à son extrémité ouest, et le court môle de la jetée, terminé par le phare à son extrémité orientale.


- CRETTE Louis (1823-1872), Nice, vue générale, (nord-est/sud-ouest), détail, vers 1859-1863,
tirage albuminé de 19x29 cm, Collection privée.
A droite au tout premier plan, la Villa carrée du XVIII° siècle (par la suite transformée en 1865) ; au pied de la Colline du Château les bâtiments du quai Lunel, dont l'immeuble à portiques Abhudaram. La date de la photographie peut être déduite de la présence (hors du détail ci-dessus) des bâtiments de la Manufacture des Tabacs (1856-1861) et de la quantité des arbres du cimetière du Château (ensuite coupés vers 1862-1863).


- ALEO Miguel (1824-? après 1885), Nice, vue générale (nord-est/sud-ouest), détail, vers 1865,
tirage albuminé, 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.
A droite au tout premier plan, la Villa carrée du XVIII° siècle, achetée par Laurenti-Roubaudi en 1865, est en cours d'agrandissement (1865-1866) ; à l'angle nord-est du bassin intérieur du port, une grande cheminée industrielle a également fait son apparition.


- DE BRAY Walburg Jean (1839-1901), Nice, le Port, vers 1870,
vue sud-ouest/nord-est prise depuis la Colline du Château,
tirage albuminé d'un album de 29,3x13,2 cm, contenant 31 photographies et intitulé,
 Souvenir de voyage. Cannes, Nice, Menton, février 1876, Paris, BnF (vue 37),
Malgré la date annoncée en couverture de l'album, cette photo peut être datée vers 1870, 
du fait de la datation des autres photos de l'album et notamment d'une autre photographie du port.
L'immeuble Abhudaram est bien visible à l'ouest, au bord du quai Lunel. Un seul bâtiment élevé se remarque au centre du quai des Deux Emmanuel, alors que plus au sud les magasins de l'Artillerie et des Ponts et Chaussées et la Maison de Correction (ancien bagne) sont visibles.


- GILETTA Jean (1856-1933), 328, Nice, Le Port, vers 1887-1888,
vue sud-ouest/nord-ouest prise de la colline du Château, tirage albuminé, 21x27 cm, Collection privée.
Les travaux d'agrandissement du bassin intérieur sont en voie d'achèvement. L'immeuble Abhudaram se retrouve seul sur le quai Lunel, en bord de bassin (il a gêné toutes les campagnes d'aggrandissement du port tout au long du XIX° siècle et ne sera démoli qu'à la fin de l'année 1897). De hauts bâtiments se sont multipliés à l'inverse au bord du quai des Deux Emmanuel.



LE CÔTÉ SUD DU PORT : LES MÔLES

Photographies prises depuis la Colline du Château, l'ancienne route de Villefranche et le col de Villefranche (Moyenne corniche), le Mont-Alban, le Mont-Boron, la nouvelle route de Villefranche (Basse corniche, actuel boulevard Carnot).

1-le môle extérieur (jetée et phare) est prolongé (enrochement et quai) dès 1869-1872 puis doté d'un mur-abri dès 1875-1879 et d'un nouveau phare dès 1880 (les deux phares coexistant jusqu'en 1882), 

2-le môle intérieur du carénage (érigé vers 1781-1783) est raccourci en 1880 (travaux entre 1880 et 1883),

3-le môle extérieur (jetée et phare) est à nouveau fortement prolongé en 1908 (travaux entre 1904 et 1908), avec un angle marqué vers le sud,

4-le môle intérieur du carénage (désormais inutile) est démoli fin 1908-début 1909,

5-en arrière-plan, côté sud-est, le Lazaret (voir la suite de cet article).

- Photographe anonyme, L'Entrée du Port de Nice, vers 1867-1869,
tirage albuminé, Collection privée.
La vue montre la Maison de Correction (ancien bagne), le môle du carénage avec ses niches et sa fontaine terminale, et en arrière-plan le Lazaret avec le kiosque orientalisant (1867) du restaurant de la Réserve et la silhouette du Château Smith (1858-1862) sur le Mont Boron, doté désormais de ses tours latérales.


- Photographe anonyme, L'Entrée du Port de Nice, vers 1872-1874,
tirage panoramique albuminé, Collection privée.
A l'entrée du port occidentale, se remarquent la place Bellevue avec la statue de Charles-Félix (1828-1830) puis le quai de la Santé avec les bâtiments bas de la police du port. Le môle de la jetée a été prolongé au-delà du phare par un enrochement et un quai bas (1869-1872). La plage du Lazaret est bien visible à partir de la traverse du carénage. Le kiosque orientalisant (1867) du restaurant de la Réserve se détache sur les rochers.


- Photographe anonyme, Nice - L'Entrée du Port prise du Château., vers 1879,
photographie panoramique, tirage albuminé, Collection privée.
Il faut noter que désormais le môle de la jetée est pouvu d'un mur-abri (1875-1879) et qu'au Lazaret, le restaurant de la Réserve possède un grand bâtiment à rotonde (1877).


- Photographe anonyme, Nice - Entrée du Port, 1880,
tirage albuminé, Collection privée.
Deux nouveaux éléments : le môle intérieur du carénage est en cours de raccourcissement (démolition de son extrémité occidentale avec sa fontaine) et le môle extérieur de la jetée voit l'achèvement de la construction de son nouveau phare (qui coexiste avec l'ancien jusqu'en 1882).

- Photographe anonyme, Nice - entrée du Port, vers 1880-1881,
tirage albuminé, Collection privée.
Le rescindement du môle de carénage a bien avancé et les travaux de dégagement se poursuivront désormais sous l'eau. Le ponton de travail, livré en septembre 1880, est à la tâche, à gauche des ruines de la fontaine. Sur le môle de la jetée, les travaux du nouveau phare sont terminés.


- Photographe anonyme, Nice, Vue générale 652, détail, 1883,
tirage albuminé, Collection privée.
Les travaux des môles sont terminés : le môle du carénage a été rétréci et le môle de la jetée a vu la suppression de la tour de l'ancien phare. On est en 1883 : le Casino de la Jetée-promenade a déjà brûlé en avril (arrière-plan sud-ouest) et la silhouette de la Pyramide de Gambetta (1883) n'est pas encore visible au Cimetière du Château (arrière-plan nord-ouest). Les trois hauts bâtiments des Docks ne sont pas encore érigés sur le quai des Deux Emmanuel (1884).


- Photographe anonyme (GILETTA Jean ?), Nice.~ Le Port. Vue prise du château, vers 1883-1884,
tirage albuminé, Collection privée.
Sur le quai des Deux Emmanuel, d'anciens bâtiments sont en cours de démolition afin d'y construire les trois bâtiments des Docks (1884).


- Photographe anonyme, Port de Nice, 1884,
tirage albuminé, Collection privée.
La construction des trois bâtiments des Docks est en cours.


- La Compagnie Générale des Docks et Entrepôts de Nice, publicité, détail, 1885,
parue dans le pages professionnelles de l'Annuaire des Alpes-Maritimes, Nice, 1885 p. 518 (519),
site en ligne des Archives Départementales des Alpes-Maritimes (voir l'annuaire).


- Photographe anonyme, Port de Nice, après 1885,
tirage albuminé, Collection privée.
Le cliché montre les trois bâtiments des Docks terminés sur le quai des Deux Emmanuel. A l'arrière-plan, le restaurant de la Réserve offre un bateau (1883) perché sur le rocher, et sur le Mont Boron, une arcature monumentale (vers 1885) contrebute le flanc de la colline au niveau de la nouvelle route de Villefranche (actuellement boulevard Carnot).


- S.R.A. Editeur, Carte postale (circulée, 1911), 1805 - Nice - Le Port vu du Château, détail, vers 1908-1909,
 Collection privée.
Le môle intérieur du carénage est en cours de démolition. Sa destruction a été permise par le fort allongement oriental du môle extérieur, au-delà du phare, avec un angle fortement marqué vers le sud (1904-1908).


- LEVY Fils & Cie, Carte postale (non circulée), 163, Nice. - L'Entrée du Port. - LL., détail, vers fin 1908-début 1909,
Collection personnelle.
La démolition du quai et des niches du môle du carénage est presque achevée (printemps 1909). 



À SUIVRE








samedi 9 septembre 2017

742-ESSAI DE DATATION DES PHOTOGRAPHIES ANCIENNES DU PORT DE NICE-1






- GUESDON Alfred (dessinateur, 1828-1876) et ARNOUT Jules (graveur, 1814-1868), Nice, Vue prise au-dessus de Montalban, détail, 1849,
lithographie extraite de l'ouvrage de, ETIENNEZ Hippolyte (1813-1871), L'Italie à vol d'oiseau ou Histoire et description sommaires des principales villes de cette contrée, accompagnée de 40 grandes vues générales dessinées d'après nature par A.Guesdon, Paris, A.Hauser éditeur, Paris, Imprimerie Lemercier, 1849 (et 1852), lithographie de 290x435 mm sur fond de 400x540 mm, Collection privée.
Une gravure semblable, extraite de, La France à vol d'oiseau, vers 1860, est conservée à Nice, à la Bibliothèque du Chevalier de Cessole (ICO1304).




LE PORT DE NICE AU MILIEU DU XIX° SIECLE 

La lithographie ci-dessus montre la ville de Nice en 1849 (vue plongeante nord-est/sud-ouest) et le détail retenu montre que l'urbanisation du port s'arrête alors à l'église Notre-Dame-du-Port (1840-1853). 
Cette dernière vient juste d'être reconstruite (les travaux s'y continuent à l'intérieur) et arbore un clocher dont la hauteur semble surdimensionnée par le dessinateur. L'église est alors loin du bassin intérieur. 

On aperçoit sur la droite, à l'angle nord-ouest du quai Cassini un groupe de maisons (construites dans la seconde moitié du XVIII° siècle) qui comprend la maison natale de Giuseppe Garibaldi (1807-1882) et sur le quai Lunel le gros immeuble Abhudaram (construit dans la seconde moitié du XVIII° siècle, également) qui est sa maison d'enfance.
En face, le quai des Deux Emmanuel se termine par les deux bâtiments verticaux du bagne. 

A l'entrée du port s'allongent le môle du carénage intérieur et le môle du carénage extérieur avec le phare à son extrémité.
Face à la jetée, le Monument au Roi Charles-Félix de Sardaigne [1765-1831], érigé en 1828-1830, se découpe à l'angle sud-ouest du quai Lunel.


- ALEO Miguel (1824-vers 1885), Vue générale de Nice, détail, vers 1866,
vue nord-est/sud-ouest prise depuis le Mont Boron, tirage albuminé de 10,4x6,3 cm sur carton de 11,5x6,8 cm, Collection personnelle.
Au nord (à droite de l'image), ce sont désormais les bâtiments de la Manufacture des Tabacs (1856-1861) qui marquent la limite de l'urbanisation du port.
Plus au sud, au premier plan, parmi les arbres, se remarque la Villa de Charles Leroy (1865-1866, Castel des Deux Rois) en construction. 


- ALEO Miguel (1824-vers 1885), Vue générale de Nice, détail de la photo précédente, vers 1866,
l'église Notre-Dame-du-Port et son clocher bas.


- Photographe anonyme (ALEO Miguel ?-1824-vers 1885), Alpes-Maritimes, Nice, Le Port, détail, vers 1866,
vue sud-est/nord-ouest prise depuis le môle extérieur (jetée du phare),
tirage albuminé appartenant à l'ouvrage de 36 photographies édité à Paris, en 1873,
 par l'Ecole nationale des ponts et chaussées et le Ministère des travaux publics, Paris, BnF (cote : PH125(1)A, vue 4)
Cette photo peut être datée vers 1866 du fait de la datation des autres photos de l'album.



LES PHOTOGRAPHIES DU PORT (1850-1910)

Je ne connais pas de photographies de Nice antérieures à 1855, très peu entre 1855 et 1860 mais par contre un nombre qui va croissant de 1860 à 1890. 

La plupart de ces photographies ne sont pas datées par leur auteur mais le sont approximativement par leur possesseur. Il faut dire que la tâche de datation est ardue car il faut croiser l'évolution des supports photographiques, la carrière des photographes et la transformation des lieux photographiés, sans oublier le fait que de nombreuses photographies ont fait l'objet de nouveaux tirages, jusqu'à plus de 20 ans après leur prise de vue, par leur auteur ou l'acheteur de leur fonds. La date du cliché peut donc souvent être bien antérieure à celle du tirage, de l'édition de l'album, de l'achat ou du don.

Habitant le port de Nice et intéressé par son histoire (notamment par les ouvrages, estampes et plans du XIX° siècle et les publications de l'Academia Nissarda), je commence à cumuler quelques repères, essentiellement architecturaux, permettant une meilleure lecture de ses photographies (1850-1910)
Ce sont quelques vingt éléments (liste non exhaustive) que je souhaite partager ici ; leur présence ou leur absence dans les photographies fournit de précieux indices de datation. J'espère que les lecteurs de cet article voudront bien m'aider à préciser certains éléments et à corriger mes erreurs, en m'adressant un mail à : patin.camus@gmail.fr

Les quatre côtés du port vont être explorés, ainsi que la zone du Lazaret.


- DE BRAY Walburg Jean (1839-1901), Nice, le Port, vers 1870,
vue sud-ouest/nord-est prise depuis la Colline du Château,
tirage albuminé d'un album de 29,3x13,2 cm, contenant 31 photographies et intitulé,
 Souvenir de voyage. Cannes, Nice, Menton, février 1876, Paris, BnF (vue 37),
Malgré la date annoncée en couverture de l'album, cette photo peut être datée vers 1870, 
du fait de la datation des autres photos de l'album et notamment une autre photographie du port.



Sur la gauche de la photographie ci-dessus, on peut voir au premier plan le quai Lunel (ouest) avec l'immeuble Abhudaram puis le quai Cassini (nord) avec une ligne de maisons à l'ouest et des bâtiments bas à l'est avec la grande cheminée industrielle. 

En arrière du quai, on aperçoit l'église Notre-Dame-du-Port avec sa façade dépouillée et son clocher bas, flanquée à l'ouest de l'immeuble à portiques Astraudo et, plus au nord, les bâtiments de la Manufacture des Tabacs (1856-1861) qui marquent désormais la limite de l'urbanisation.

Sur la droite de la photographie, on découvre le quai (est) des Deux Emmanuel avec, à l'exprémité droite de l'image, le petit môle est et l'ancien chantier de construction flanqué des deux bâtiments symétriques de l'Artillerie et des Ponts et Chaussées.




LE CÔTÉ NORD DU PORT : QUAI ET PLACE CASSINI

Le côté nord correspond au fond du Port, avec le quai Cassini (actuellement situé plus au nord) et la place du même nom (actuelle place de l'Île de Beauté) comprenant l'église Notre-Dame-du-Port (Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception).

Les photographies on été prises depuis la Colline du Château, la route de Gênes (Grande corniche)l'ancienne route de Villefranche et le col de Villefranche (Moyenne corniche), le Mont-Alban, le Mont-Boron, la nouvelle route de Villefranche (Basse corniche, actuel boulevard Carnot), les quais du port, le môle intérieur du carénage (disparu) et le môle extérieur (jetée du phare).

1-l'église Notre-Dame-du-Port (construction dès janvier 1840 mais écroulement le 28 octobre 1841, reconstruction de 1848 à 1853) est inaugurée le 4 janvier 1853 puis bénite et livrée au culte le 5 juin 1853, avec une façade dépouillée au sud et un clocher bas au nord ; la vision de l'église depuis le port est en partie masquée jusqu'en 1879 (date du début des destructions nécessitées par l'agrandissement du bassin intérieur) par une rangée de bâtiments le long du quai Cassini (côté ouest) et par les nombreux mâts des bâteaux,

2-en arrière-plan (au nord, quartier de Riquier) les bâtiments de la nouvelle Manufacture des Tabacs, dès 1858-1859 (ancienne route de Villefranche), et au-delà, la campagne,

3-la cheminée industrielle (angle nord-est du port), d'environ 1865 à 1876 (elle semble en effet disparaître quelques années avant les démolitions nécessitées par l'agrandissement du bassin intérieur du port en 1879),


- DE BRAY Walburg Jean (1839-1901), Nice, le Port, détail de la vue précédente, vers 1869-1870,
vue sud-ouest/nord-est prise depuis la Colline du Château,
tirage albuminé d'un album de 29,3x13,2 cm, contenant 31 photographies.
et intitulé, Souvenir de voyage. Cannes, Nice, Menton, février 1876, Paris, BnF (vue 37), (voir l'image et l'album sur Gallica).
Malgré la date annoncée en couverture de l'album, cette photo peut être datée vers 1869-1870, 
du fait de la datation des autres photos de l'album et notamment d'une autre photographie du port.



4-l'église Notre-Dame-du-Port, avec son nouveau et haut clocher nord construit en 1880 (tour à pans coupés surmontée d'une lanterne), 

5-les travaux d'aggrandissement du bassin intérieur du port vers le nord, 1879-1884 et 1885-1889,


- Photographe anonyme, Vue panoramique du Port prise depuis le Mont Boron, détail, vers 1880-1881,
vue est/ouest, tirage albuminé de 26x12 cm, collection privée.
Au sud, le môle extérieur a été prolongé (1869-1872) et bordé d'un mur de protection (1875-1879), avec un nouveau phare qui s'est ajouté en 1880 et qui coexiste encore avec l'ancien (jusqu'en 1883). Les travaux de raccourcissement du môle intérieur du carénage sont toujours en cours (1880-1881). Au nord, l'église montre déjà son nouveau clocher (1880). Les bâtiments entre l'église et le bassin intérieur ont déjà été démolis (dès 1879) en vue de l'agandissement de ce dernier (à partir de 1885-1889). Le môle intérieur a été raccourci (1880). Sur la colline, la Pyramide de Gambetta n'apparaît pas encore dans le cimetière du Château (1883).


- GILETTA Jean (1856-1933), 328, Nice, Le Port, vers 1887-1888,
vue sud-ouest/nord-ouest prise de la colline du Château, tirage albuminé, 21x27 cm, Collection privée.
L'église est désormais proche du bassin intérieur ; très visible au centre de la place Cassini, elle montre son nouveau clocher. Le bassin intérieur a été agrandi vers le nord (1885-1889) et les bateaux y ont déjà accès. Le grand escalier et la fontaine du nouveau quai ne sont cependant pas encore visibles (terminés en 1888) et la place Cassini est toujours en travaux (achevée en 1889).



6-la construction de la fontaine accostée d'un double escalier du nouveau quai nord, en 1888,

7-la nouvelle place Cassini, dès 1889,


- GILETTA Jean (1856-1933), Nice, Le Port, 7023, vers 1889,
vue sud-ouest/nord-ouest, tirage albuminé, 21x27 cm, Nice, Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole.
Le nouveau clocher est bien visible sur cette photographie (ainsi que la façade originelle). Les bateaux peuvent désormais accoster au nouveau quai nord (1888-1889). La fontaine et le double escalier du quai sont achevés (1888) mais la place Cassini semble encore en travaux (terminés en 1889).


- GILETTA Jean (1856-1933), Nice, Intérieur du Port, 7022, vers 1890-1893,
vue sud-ouest/nord-ouest prise de la colline du Château , tirage albuminé, 21x27 cm, Collection privée.
La place Cassini est désormais achevée (1889) et des arbres y sont déjà plantés dans les parties orientale et centrale.



8-l'église Notre-Dame-du-Port voit sa façade dotée d'un portique ionique monumental couronné d'un fronton triangulaire (dépourvu de sculptures) dominé par une statue de la Vierge Marie ; l'ensemble, édifié en 1896 et 1897, est inauguré le 31 janvier 1898,

9-l'immeuble Malbecchi est construit à l'angle nord-est du port, à côté de l'église Notre-Dame-du-Port (symétriquement à l'immeuble Astraudo), en trois phases successives : la partie occidentale entre 1894 et 1896, la partie orientale vers 1898-1899 et enfin la partie centrale vers 1899-1900.


- DOUHIN A. (?-?), Le Quai Nord - Ce qu'il est. - Vue prise du quai des Deux Emmanuel, 1893,
dessin paru dans, Le Petit Niçois du 10 septembre 1893, p 1,
Nice, Archives départementales des Alpes-Maritimes.
La construction de l'immeuble Malbecchi n'est pas entamée mais est réclamée dans l'article,
 afin de faire disparaître tous ces bâtiments hétéroclites du côté oriental de l'église.


- Photographe anonyme, Vue du Port de Nice, détail d'une carte postale ancienne, vers 1894,
vue de la place Cassini, avec la partie ouest de l'immeuble Malbecchi en construction, Collection privée.


- Photographe anonyme, Vue du Port de Nice, détail d'une carte postale ancienne, vers 1895,
vue de la place Cassini, avec l'église encore dépourvue de portique (1896-1897) 
mais avec la partie ouest de l'immeuble Malbecchi achevée, Collection privée.


- Photographe anonyme, Vue du Port de Nice, détail d'une carte postale ancienne, vers 1898,
vue de la place Cassini, avec l'église dotée désormais d'une façade à portique (1896-1897), sorte de porte officielle de la ville pour les marins,
et avec la partie est de l'immeuble Malbecchi achevée, Collection privée.


- Photographe anonyme, Vue du Port de Nice, détail d'une carte postale ancienne, vers 1899,
vue de la place Cassini, avec la partie centrale de l'immeuble Malbecchi en construction, Collection privée.


- Photographe anonyme, NiceEglise Sainte-Marie, Le Port, détail d'une carte postale ancienne ayant circulé en 1902. 
La place Cassini ressemble enfin à ce qui avait été envisagé pour elle dès les années 1830  (cf. l'image ci-dessous) :
église et immeubles symétriques à portique dont l'immeuble Astraudo dès les années 1840.


- GANDOLFI Luigi (1810-1869), Chiesa e piazza della madonna delle Grazie in costruzione in Nizza marittima, Turino, 1836,
lithographie, 33x49 cm, Nice, Bibliothèque municipale Romain Gary (cote : R.GARY EST4126).


- Photographe anonyme, Vue du Port de Nice, détail d'une carte postale ancienne, vers 1901-1905,
vue de la place Cassini, avec l'ensemble de l'immeuble Malbecchi achevé, Collection privée.
La carte postale a circulé en 1905 et d'autres, semblables (montrant l'immeuble entier achevé) ont circulé dès 1902-1903 et de plus rares en 1901 (janvier).