4

4

dimanche 6 novembre 2016

611-EUGÈNE DEGAND (1829-1911), PHOTOGRAPHE À NICE-3




- DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, Panorama des Quais, tirage vers 1880,
cliché réalisé vers 1875-1880,
carte de visite, tirage albuminé de 10,5 x 6 cm contrecollé sur carton épais de 11,8 x 7,2 cm, vue nord-est/sud-ouest, Collection personnelle.
L'imprimé au verso du carton permet d'envisager une date vers 1880. Cette datation est confirmée par la présence du Square Masséna édifié au-dessus du cours du Paillon entre 1867 et 1869 et l'absence du Casino municipal (1882-1884) qui lui sera accolé plus au sud (sur une couverture édifiée entre 1879 et 1882). Enfin, le Lycée à droite (actuel Masséna) montre un couronnement et un agrandissement réalisés en 1875. 
Cette vue panoramique a été réalisée du sommet de la Tour Saint-François, à 42 m de hauteur.
Cet emplacement a été également très prisé par les autres photographes contemporains d'Eugène Degand,
 comme Walburg de Bray (dès 1865 et vers 1870), et plus tard Jean Gilletta ou les Frères Neurdein,
 donnant des prises de vues très semblables et échelonnées dans le temps.


VOIR LA PREMIÈRE PARTIE DE CET ARTICLE




- Recueil de photographies panoramiques (couverture) des années 1865-1892,
vues de trois photographes dont Eugène Degand (identifié) et Jean Walburg de Bray (supposé), 
Nice, Bibliotèque du Chevalier de Cessole.



A Nice, la Bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole conserve quatre ouvrages en relation avec Eugène Degand :

- Leschevin Edmond et Langlois Edouard, Plan-Album - Nice et Monaco, 1881-1882, sans date (début 1882), Paris Imprimerie Mouillot, avec 7 "gravures photographiques faites d'après les épreuves de M. Degand, Peintre-Photographe à Nice" et contenant un grand encart publicitaire qui lui est consacré (en page 8), avec un tirage original sur papier albuminé (disparu). 
Les photographies semblent contemporaines et récentes, autour de 1880 (photos du nouveau Casino de Monte-Carlo, ouvert en janvier 1879).

- Plan-Album Nice, Cannes & Monaco - 2 ème année, sans date (début 1883), qui offre le même ouvrage, avec en supplément des pages consacrées à Cannes, Grasse et Monaco et 5 gravures, mais dont l'encart publicitaire consacré au photographe a conservé le tirage original (15x9,6 cm, cf. photo ci-dessous).

Langlois Edouard, Album-guide illustré du littoral méditerranéen, Hyères, Saint-Raphaël, Cannes (le Cannet, Grasse), Antibes, Nice, Monaco, Menton, Bordighera, San Remo, etc., (avec plans), Nice, Imprimerie Victor-Eugène Gauthier et Cie, 1883-1884, les gravures photographiques ont été réalisées d'après les photographies d'Eugène Degand, même si son nom n'apparaît nulle part dans l'ouvrage.

- Souvenir de la corniche, un recueil incomplet, sans nom ni date, dont 13 photographies panoramiques (tirages albuminés, 22,5 x 8,5 cm) ont subsisté, certaines avec au recto des indications manuscrites, d'autres la mention imprimée, "Vue Panoramique", et d'autres enfin un texte imprimé indiquant "E. Degand - Vues et portraits - Titre (en gras à l'écriture penchée) - 8 rue Paradis - Nice"
Ce recueil offre essentiellement des vues de Nice mais quelques autres de Cannes, Eze, Roquebrune et La Turbie. 
L'ensemble ne semble pas être entièrement d'Eugène Degand, et les photographies portant la mention imprimée "Vue Panoramique" sont probablement de Jean Walburg de Bray (1839- après 1915 ?). 
Il est à noter, de plus, que les différences de texte correspondent à des photographies de périodes différentes, ce que confirment des notes manuscrites au verso (notamment de l'ancien propriétaire ?) affichant ou impliquant une datation échelonnée entre 1865 et le début des années 1890.  


- Leschevin Edmond et Langlois Edouard, Plan-Album - Nice, Cannes & Monaco, 2ème année, sans date (fin 1882-début 1883),
 Paris, Imprimerie Mouillot, encart publicitaire d'Eugène Degand, page 8,
Nice, Bibliothèque du Chevalier de Cessole ;
le tirage original de 15x9,6 cm est une Vue des jardins et de la terrasse du Casino de Monte-Carlo.
Il est à noter qu'une photographie originale différente personnalise chaque exemplaire de cet ouvrage.



Au-delà d'apporter ou de reproduire de nouvelles photographies, ces ouvrages révèlent des éléments intéressants. Dans le Plan-Album de la deuxième annéeEugène Degand se présente encore sous sa double casquette de "Peintre-Photographe", avec comme adresse 8 rue Paradis (et plus n°6), et son encart publicitaire comporte une mention absente de l'ouvrage de l'année précédente : "Brevet spécial de SM la Reine d'Angleterre"


- DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, Le Port, verso, vers 1882-1884,
carte cabinet, tirage albuminé de 15x9,6 cm, contrecollée sur carton épais de 16,5x10,9 cm, Collection  personnelle.



Cette mention présente dans l'ouvrage imprimé fin 1882-début 1883 permet d'affirmer qu'elle est due à la venue de la reine Victoria à Menton, annoncée dans la région dès février 1882. Le séjour a eu lieu du 16 mars au 12 avril 1882 et dès lors, Eugène Degand a pu faire imprimer et réimprimer le dos de ses cartons de photographies pour y apposer ce texte et le conserver tout le reste de sa vie. 



- DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, Le Port, vers 1882-1884,
carte cabinet, tirage albuminé de 15x9,6 cm, contrecollée sur carton épais de 16,5x10,9 cm, vue sud-nord, Collection personnelle.



Cela permet de réviser la date de la photographie du pécheur à la ligne dans le port de Nice. Sa présence dans le Recueil de voyages en France et en Europe (BnF) permettait d'envisager une datation vers 1875-1885. La présence du blason royal implique désormais, pour ce tirage contrecollé sur carton, une date vers 1882 au plus tôt, la prise de vue sur plaque de verre pouvant être légèrement antérieure. 

La datation de cette photo est bien entendu un prétexte à voyager dans la vie et l'oeuvre de ce photographe mais elle est le fil rouge de cette recherche. Il est donc nécessaire d'arriver à une date probable, en essayant cette fois de dater cette photographie par une étude du paysage portuaire. 

Cela me permet de me plonger dans l'histoire du quartier où je vis et de redécouvrir sous un nouveau jour ce port de rêve et de commerce, grâce à l'ouvrage collectif très documenté, Le Port de Nice, des origines à nos jours (Acadèmia Nissarda & CCI Nice Côte d'Azur, 2004).
Ainsi, le grand bâtiment sur la droite de la photographie, avec une avancée du quai, est la "maison Abhudaram" ou "maison des Portiques" qui n'a été détruite qu'en octobre 1897 pour l'agrandissement du bassin intérieur (1898-1902). 
Au fond du port, l'église Notre-Dame, ouverte au culte en 1853, est peu visible, masquée qu'elle est par les bâtiments et les mâts des voiliers. La présence de ces bâtiments (dont la maison où naquit Giuseppe Garibaldi le 4 juillet 1807) implique une date antérieure à la période 1883-1885 où ils ont été démolis en vue des premiers travaux d'agrandissement du bassin intérieur du port vers le nord (1885-1889).

Le pêcheur impassible de la photographie est tourné vers l'ouest, assis à l'extrémité nord du môle oriental du bassin du carénage. Ce môle du XVIII° siècle, situé à l'entrée du port, a été détruit après 1895 mais l'avancée sur laquelle se tient le pêcheur l'a été pour sa part vers 1890 (?).

Enfin, à  droite de la photographie, au-dessus de la proue du navire sombre, on peut apercevoir une grande cheminée de brique et des bâtiments qui n'apparaissent sur les plans du Port qu'après 1866, et notamment un bâtiment très élevé qui est encore postérieur (vers 1870 ?). 

A titre de comparaison, une photo de Walburg de Bray (1839-?), contenue dans l'ouvrage, Souvenir de voyage - Cannes, Nice, Menton (Paris, BnF) édité en 1876, montre un état semblable du Port.



- WALBURG DE BRAY Jean Auguste Théodore (1839-??), Vue panoramique, Nice, Le Port, détail, vers 1875-1876,
vue sud-ouest/nord-est prise de la colline du Château montrant le bassin intérieur avant son agrandissement,
et notamment l"église Notre-Dame du Port ici encore très en retrait du bassin, dépourvue de clocher (date ?) et de façade à portique (1896-1897),
l'une des 31 photos de l'album, Souvenir de voyage - Nice, Cannes, Menton, édité en 1876, Paris, BnF : cf. l'ouvrage sur Gallica.



Voici également une vue contemporaine de l'entrée du Port, montrant le môle du bassin de carénage où le pêcheur, présent sur la photographie de Degand, est assis.


- Auteur non identifié, L'entrée du Port prise du Château, ensemble et détail, seconde moitié du XIX° siècle,
vue nord-ouest/sud-est, Collection privée.




En résumé, la prise de vue d'Eugène Degand, Nice, Le Port, n' a pu être réalisée, en fonction de l'urbanisation du Port, qu'entre 1866 et 1884. Le tirage, pour sa part, ne peut être daté avant 1882. Si la prise de vue et le tirage sont  à peu près contemporains, cela peut situer la photographie du port entre 1882 et 1884.



VOIR LA SUITE DE CET ARTICLE